Une année avec Angélique

éleveuse de chèvres et fromagère dans les Hautes Pyrénées

Angélique est une éleveuse de 32 ans des Hautes Pyrénées, actuellement en conversion à l'Agriculture Biologique. Elle exploite 23 hectares composés de pâtures, luzerne, maïs et tournesol afin d'être autonome. Elle a 60 chèvres Alpines et depuis son installation il y a sept ans, Angélique transforme le lait. Elle fait principalement du fromage lactique, mais aussi de la tomme et du fromage à pâte molle (type camembert) et elle a d'autres projets en préparation ! Elle tient un magasin de vente directe à la ferme, elle fait un marché et vend ses produits dans 2 magasins de producteurs où elle est actionnaire.

Recherche avancée
Une année avec / Angélique
Janvier 2018

Saison 8 acte 1

Et voilà pour la huitième année les chèvres ont commencé à mettre bas depuis le 5 janvier. Cette année c’est près de 70 chèvres qui vont faire les petits. Cette période est très intense en travail et il faut le dire assez stressante!

Cette année les mises bas sont bien groupées du coup 80 % du troupeau à mis bas en 15 jours !

Je surveille que les mises bas se passent bien et une fois le chevreau né je le sors de sa mère pour lui donner sa première tété au biberon.

Après avoir fait réviser la salle de traite, c’est donc reparti pour 10 mois de traite.

Le lait de la chèvre sera donner aux chevreaux pendant 7 jours puis ensuite je pourrai le passer à la fromagerie pour le transformer.

La première fabrication de fabrication de fromage est prévue pour la fin du mois !

Novembre-Décembre 2017

Congés maternités

Fin octobre, le vétérinaire est venu faire les échographies aux chèvres afin de s’assurer que les boucs avaient bien travaillé. Sur 60 chèvres échographiées, seule trois n’attendent pas de petits donc depuis le 15 novembre les chèvres sont en congé maternité! Elles attendent patiemment leurs petits pour mi janvier.

Même si le travail est moins intense sur la ferme il faut préparer la saison prochaine…

Le maïs grain qui sert a l’alimentation du troupeau a été ramassé courant novembre, le résultat est assez satisfaisant pour une deuxième année en conversion bio !

Actuellement, et ce jusqu’ au mois d’avril les chèvres ne pâturent plus, elles ressortiront au printemps. Leur alimentation est composée de foin de luzerne, maïs et de foin de prairie.

Septembre 2017

L'été indien

Les champs de tournesols d'Angélique - la récolte des graines pour l'alimentation des chèvres - métier devenir éleveur chèvres

Ce mois d’octobre nous avons un super temps ce qui permet aux chèvres de bien profiter des pâtures pour leur dernier mois de lactation.

Et oui plus qu’un mois !

Depuis quelques temps nous sommes passés en mono traite c’est à dire que nous trayons plus qu’une fois par jour. Les chèvres baissent un peu en production de lait mais le rendement fromager est meilleur et cela permet aussi de nous libérer un peu de temps!

Ce début de mois nous avons récolté le tournesol qui nous servira l’année prochaine pour l’alimentation des chèvres.

Allez plus qu’un mois et repos pour tout le monde!!!

Août 2017

La saison des amours

Les chèvres d'Angélique pâturent de l'herbe - métier éleveur caprin

Ça y est la saison des amours 2017 est lancée depuis exactement le 15 aout!
Après plusieurs mois de séparation les boucs ont retrouvé leurs copines , c’est le moment de la reproduction!
En principe on dit qu’il faut un bouc pour 30 femelles, sur notre ferme nous avons 5 boucs pour 80 chèvres à la reproduction (60 laitières et 20 chevrettes qui feront du lait l’année prochaine). Nous préférons avoir des boucs en plus afin de pouvoir le remplacer si il y a un soucis (bouc qui se blesse, baisse d’énergie etc…).
Tout nos boucs sont issu d’Insémination Artificielle pour assurer une bonne transmission génétique à nos futurs laitières.
Si tout se passe bien les premières mises bas auront lieux à la mi-janvier.
Dans les Hautes-Pyrénées nous avons eu un été assez humide et orageux nous avons donc toujours pas mal d’herbe pour la pâture mais les chèvres ne sont pas sorties tous les jours à cause du temps mitigé.

Juillet 2017

Et voilà les grandes vacances sont là!

crème chèvre #deveniréleveur Angélique

Nous travaillons donc avec nos deux enfants qui veulent nous aider…(euh..19mois et 5ans..!!!)

A cette période-là de l’année nous avons des marchés de producteurs qui se rajoutent à notre planning habituel. C’est l’occasion pour nous de vendre davantage de fromages mais aussi de rencontrer d’autres producteurs c’est toujours un moment assez convivial.

Nous recevons plus de visiteurs sur notre ferme : Frédéric leur explique notre métier au moment de la traite pour ceux qui le souhaitent ils peuvent gouter le lait frais de nos chèvres.

Nous avons profité de cette période pour lancer un nouveau produit : des crèmes dessert au chocolat et à la vanille.

 

Le travail dans les champs se poursuit avec la coupe de luzerne et nos chèvres profitent toujours de l’herbe dehors et se préparent à retrouver leurs copains les boucs ….

Mai-Juin 2017

On récolte ce que l'on sème !

devenir éleveur caprin métier mai juin

En plus du travail habituel, ces deux mois ont été consacrés au travail dans les champs. En effet notre but est de produire toute l’alimentation de nos chèvres !

Frédéric, après la traite et le soin aux animaux, a passé beaucoup de temps sur le tracteur !

Cette année nous avons semé 10 hectares de maïs et 1 hectare de tournesol. Comme nous sommes en conversion bio, une fois les semis fait, il s’est attaqué au binage (désherbage mécanique).

Les deux premières coupes de luzerne et foin ont eu lieu.

Vu la charge de travail, notre bâtiment de séchage en grange n’est toujours pas en place… On espère vous annoncer qu’il le sera pour la quatrième coupe !!!!

 

Pendant ce temps-là, nos biquettes profitent toujours de l’herbe de nos prairies en bordure du ruisseau à l’ombre des arbres, bref elles ont la belle vie !

Avril 2017

La pousse de l'herbe et des œufs de Pâques !

comment devenir éleveur caprin journal de bord

Avec le soleil qui est revenu ce mois ci, les chèvres profitent de nos prairies! En effet dès que le temps le permet nos chèvres pâturent, c’est-à-dire de fin mars à début novembre.

Nous sortons les chèvres en fin de matinée après qu’elles aient mangé du foin de luzerne à l’intérieur jusqu’à l’heure de la traite du soir, à 18h.

Afin d’optimiser au maximum nos prairies, Frédéric modifie les clôtures tous les deux jours. Cela augmente la charge de travail mais permet de nourrir nos chèvres à moindre coût.

 

Mais ce mois ci a été marqué par notre traditionnelle chasse aux œufs. Depuis maintenant 4 ans chaque  lundi de Pâques nous ouvrons notre ferme pour recevoir des visiteurs. Au programme de la journée : chasse aux œufs (en chocolat) pour les enfants, dégustation de nos différents produits et visite de la chèvrerie avec traite des chèvres.

Ce rendez vous permet de faire découvrir notre ferme et de rencontrer de nouveaux clients. Cette année nous avons eu un peu plus de 100 enfants qui ont participé à la chasse. Nous sommes assez content de cet événement, qui en terme d’organisation n’est pas trop lourd!

 

Et pendant ce temps les travaux du bâtiment avancent doucement…

Mars 2017

Un mois de mars bien chargé !

Une semaine après le salon de Paris nous avons le salon agricole de Tarbes (environ 63000 visiteurs !). C’est un événement important pour nous car nous servons au restaurant des Jeunes Agriculteurs environ 8 000 repas sur 4 jours et bien sûr notre fromage est à l’honneur ! Alors en plus de tout le travail qu’il y a sur la ferme durant ces 4 jours, nous sommes aussi serveurs !!!

 

Mais cette année pas le temps de nous reposer après le salon car le lundi suivant a commencé le GROS projet de 2017 !!! En effet avec l’installation de Frédéric et le passage en bio de notre ferme, nous avons décidé de faire un nouveau bâtiment pour pouvoir sécher la luzerne produite sur la ferme : un séchage en grange !

Cette fois ci ce n’est pas nous qui montons le bâtiment, c’est une entreprise du Pays Basque qui fait les travaux et ça avance très vite !  On espère pouvoir se servir du bâtiment au plus tard pour le mois de juin.

 

Pour les biquettes, les mises bas sont pratiquement finies, et avec le soleil qui revient c’est le début de saison du pâturage qui est lancé.

Février 2017

En route vers le Salon de l’Agriculture à Paris

La fabrication des fromages a repris son rythme de croisière, mais pendant 2 jours, ça sera sans nous !

Le milieu agricole est marqué chaque mois de février par la Salon de l’Agriculture. On vient passer un moment convivial avec des collègues de toute la France qu’on ne voit pas souvent. Pour moi Frédéric, c’est plus du tourisme mais moi Angélique, je suis aussi venue pour communiquer sur mon métier.

C’est important de rencontrer les citadins, on leur amène la campagne à la ville. C’est des gens qu’on n’aurait jamais rencontré sinon ! En général ils envient notre métier car on est avec des animaux et on vit au plein air.

On sent aussi que les gens s’interrogent beaucoup sur les modes de productions et de transformation. C’est l’occasion pour nous d’expliquer comment on passe des fourrages (herbe, luzerne) et grains (tournesol, maïs) qu’on produit et des chèvres qu’on élève aux fromages. Ca nous permet de les rassurer. On sent que les gens veulent se reconnecter avec le milieu.

 

Si on arrive à se libérer du temps pour venir à Paris, c’est grâce à notre salarié Gaël. Nous l’embauchons à plusieurs agriculteurs, et il vient depuis longtemps sur la ferme. On a entièrement confiance : il bosse bien, il connait la ferme et nos façons de travailler donc on a l’esprit tranquille ! Il a les clés de l’exploitation et on lui a dit en partant « fait comme si c’était chez toi ! ».

C’est un peu de préparation en amont. On lui a donné les consignes : les rations, les types de fabrication au programme, etc. Et puis nous restons joignables et le père d’Angélique est là si besoin.

Nos enfants eux sont chez les grands parents et apparemment ils passent du bon temps sans nous !

Janvier 2017

Fini les vacances...!

Nous avons fait le choix de vivre au rythme de la saison des chèvres donc ça fait 2 mois qu’elles ne produisent plus de lait. C’était les vacances :ni traite ni transformation ! A ce moment là, si on voulait prendre une journée et aller au ski, on allait au ski ! Maintenant il n’en n’est plus question ! Avec les mises bas et la naissance des chevreaux, c’est le début d’un nouveau cycle et ça commence fort !

 

C’est pas sans déplaire aux enfants qui sont ravis de donner les biberons ! On essaye que ce soit un terrain de jeu pour eux, et qu’ils apprennent le fonctionnement de la ferme et de la vie. Il fait très froid… entre -6 et -10 degrés le matin alors on met une lampe chauffante aux chevreaux pour pas qu’ils n’aient trop froid.

C’est intéressant et un plaisir pour nous d’accueillir les chevreaux. Ca nous remet en phase avec les choses de la vie : quand on voit un chevreau né depuis une heure qui tête déjà sa mère, on reconnecte avec la nature ! C’est beau de voir l’instinct animal, on s’en émerveille toujours, même après 7 ans..!

 

 

Cela signe aussi la reprise de la traite et de la transformation! Il faut donc reprendre le rythme et retourner au marché le jeudi matin.

 

C’est une période intense et capitale pour nous.

Partager :
  • imprimer cette page
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.